MICHIELS

Les chemins de la lumière, un espace de liberté…

©Marc Michiels

Plus qu’une invitation à se retrouver dans un espace aux parfums lumineux qui sculptent subtilement l’espace. La Wa Design Gallery réunit 70 modèles de lampe d’Isamu Noguchi sur plus de 270 variations, – réalisés entre 1951 et 1988 -, à l’occasion des 70 ans de la création de l’iconique lampes en papier : lampes de table, lampadaires, lampes de sol, suspensions simples et colonnes. Dans la pure tradition des lanternes japonaises, leur fabrication était confiée à Ozeki de Gifu. Collectées au fil des ans par Christophe Magnan et Philippe Brieallard, ces pièces ont été sélectionnées afin de présenter un panel le plus diversifié possible de cette création à laquelle cet artiste, sculpteur et designer consacrera près de trente-sept ans de son existence.

Composées de papier japonais, de bambou et de métal, les lampes Akari sont toutes réalisées à la main, épousant les formes décidées par l’artiste avec la transparente du papier « washi », la légèreté flexible feuille de mûrier, aux couleurs de l’ivoire. Avec l’utilisation du washi, c’est un jeu subtil entre l’ombre et la lumière qui s’entame, une danse où « les ondes sonores » projettent des formes propres de l’œuvre, dans une atmosphère feutrée et qui laisse coexister l’ombre, – refuge pour la lumière -, dévoilant subtilement une lumière en clair/obscur, d’une beauté discrète et subtile.

… Celle-ci a une forme, un sens de l’être qui fait plus qu’éclairer une pièce. Elle s’éclaire elle-même, c’est-à-dire que le papier dont est fait l’AKARI devient lumineux en raison de la lumière à l’intérieur, sur sa surface, aussi éloignée que soit la lumière de l’ampoule, tout devient une surface lumineuse.
Isamu Noguchi,
©Marc Michiels

Accepter une lampe Akari chez soi, c’est accueillir une œuvre du type infra mince, semi-transparente qui va sculpter votre âme et remplir de ces volutes silencieuses, des sensations d’intimités, un point d’équilibre entre plusieurs mondes des contraires. Entre intériorité et extériorité, tradition et modernité, entre espace construit et la déconstruction de l’indéfini où le soleil rouge du Japon se fond sur les murs blancs de nos faux équilibres définis ! 

La lumière d’une Akari ressemble à la lumière du soleil tamisée par le papier shoji. Par la magie du papier, l’éclat froid de la lumière électrique est transformé en lumière éternelle du soleil. Sa chaleur continue ainsi à réchauffer nos intérieurs pendant la nuit…
Isamu Noguchi,

L’œuvre d’Isamu Noguchi par le biais des Akari qui signifie lumière en japonais, n’est-il pas simplement, une recherche, – un long voyage vers la simplicité, la félicité -, la collusion d’un fragment du passé provenant de la terre, d’un mélange des matières et d’un respect pour la création structurée, mais cachée dans sa structure ; que seul l’équilibre du temps perdu et du temps retrouvé permet ré-habiter, réhabiliter le monde de l’espace humain digne et silencieux, dépouillé du superflu. Loin des hommes qui cherchent la lumière brulante de l’égo !

Pour ne garder que l’essentiel des formes, le visage aimé, c’est-à-dire un flux permanent, des liens invisibles qui se tissent entre les natures et les hommes, – l’ombre et la lumière -, la joie et la peur, le renoncement et l’envie, le désir et le plaisir… Ainsi, « la magie du papier retransforme l’électricité froide en la lumière originelle – le soleil – afin que sa chaleur puisse continuer à remplir nos chambres la nuit » – Isamu Noguchi.

Pour qu’enfin, la sauvegarde du cœur séjournant de façon temporaire sur cette terre, où dans des espaces que les êtres se sont construits, – puissent se fondre sur les murs blancs de la paix -, sur nos vies sombre comme une éternité lumineuse ! Comme une peinture rupestre, représentant un lever, un coucher de soleil, et qui permet tout à chacun, de se tenir hors du temps, mais pas du temps qui passe…

Un espace de liberté peut prendre la forme des chemins de la lumière !

Chaque homme dans sa nuit s’en va vers sa lumière.
Victor Hugo,

Texte de Marc Michiels

Liens :

https://shop.noguchi.org

Exposition AKARI – Isamu Noguchi (1904-1988). Les chemins de la lumière, à la Wa Design Gallery – 13 rue de Sévigné, 75004 Paris.
www.gallery-wa.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *